Militaria Les Héros Oubliés

militaria collection et histoire
 
AccueilDGMGalerieCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion
La collection est l’un des supports de l’Histoire

Partagez | 
 

 11 juin 1942 : Résistance héroïque à Bir Hakeim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gustite
Administrateur


Nombre de messages : 9856
Age : 75
Localisation : 75000
Date d'inscription : 11/02/2009

MessageSujet: 11 juin 1942 : Résistance héroïque à Bir Hakeim   Lun 11 Juin 2012 - 7:15

L'Afrikakorps, corps expéditionnaire allemand sous les ordres du maréchal Rommel, s'empare de Bir Hakeim, point d'eau stratégique dans le désert de Libye. Les forces françaises libres (FFL) commandées par le général Koenig résistèrent 16 jours à l'offensive allemande. Koenig avait reçu pour mission de retarder l'offensive de Rommel et de permettre ainsi aux Alliés de préparer la riposte.
Mais ils ont réussi l’incroyable exploit. Pour la première confrontation entre Allemands et Français depuis 1940, ils ont bloqué l’ennemi. De l’avis de nombreux historiens, Koenig a sauvé l’armée britannique du désastre et coupé la route du canal de Suez.

_________________
Salutations amicales
Didier
«Il n'y a que deux puissances au monde, le sabre et l'esprit: à la longue, le sabre est toujours vaincu par l'esprit.»NAPOLEON
Revenir en haut Aller en bas
GS.59
modérateur
avatar

Nombre de messages : 7223
Age : 58
Localisation : MAMER
Date d'inscription : 27/09/2011

MessageSujet: Re: 11 juin 1942 : Résistance héroïque à Bir Hakeim   Lun 11 Juin 2012 - 8:32


Si vous me permettez cette digression, cette bataille donnera également le nom d'un maquis célèbre qui agira dans le Sud de la France.
Interrogé sur la collaboration entre ce maquis et le Maquis Aigoual-Cévennes, le Résistant que je connais est très partagé.
Nous y reviendrons car il doit m’écrire à ce sujet.

_________________
En ces temps difficiles, il convient d'accorder notre mépris avec parcimonie, tant nombreux sont les nécessiteux.Citation de François René, vicomte de Chateaubriand  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Daniel Laurent
Colonel
Colonel
avatar

Nombre de messages : 875
Age : 64
Localisation : Francais de Bangkok
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: 11 juin 1942 : Résistance héroïque à Bir Hakeim   Lun 11 Juin 2012 - 15:43

Bonjour,

La Bataille de Bir-Hakeim
Par Daniel Laurent


La 1ère Brigade FFL :

La 1ère brigade française libre commandée par le général Kœnig, est une unité assez hétérogène, formée au gré des ralliements successifs.
Elle a un effectif de 3 700 hommes, répartis dans six bataillons : deux de LégionEétrangère, les 2ème et 3ème de la 13ème DBLE (Demi-Brigade de la Légion Etrangère), du colonel Prince Amilakvar i; les bataillons de l’Oubangui-Chari et du Pacifique forment, eux la demi-brigade de marche du colonel Roux ; celui de fusiliers marins du commandant d’Amyot d’Inville et celui d'infanterie de marine du commandant Savey.
Le 1er régiment d’artillerie du colonel Laurent-Champrosay et plusieurs petites unités, comme la 22ème compagnie nord-africaine du capitaine Lequesne et la 17ème de sapeurs-mineurs du capitaine Desmaisons, les appuient. Notons que la 13ème DBLE a été formée en 1940 comme demi-brigade de montagne, et qu'elle a connu cette même année, en compagnie des bataillons de chasseurs alpins, les grands froids de la bataille de Narvik (Norvege).
Comme pour les troupes, l'armement est d'origine diverse et assez hétéroclite. Ainsi 63 chenillettes Bren-Carrier, de nombreux camions et deux obusiers ont été fournis par les britanniques. Mais la grande majorité de l'artillerie est d'origine française, récupérée au Levant, on y trouve 54 canons de 75 (dont 30 utilisés en antichars), 14 de 47, 18 de 25. Les Britanniques ont aussi fourni 86 fusils antichars Boys de 12,7 mm et 18 canons antiaériens de 40 mm Bofors, mais la plupart de l'équipement de l'infanterie est français avec 44 mortiers de 81 ou de 60, 76 mitrailleuses Hotchkiss, dont 4 bi-tubes, 96 fusil-mitrailleurs 24/29 de DCA et 270 d’infanterie. La garnison dispose au départ de dix jours de ravitaillement et de vingt mille obus de 75.
Le général Bernard Saint-Hillier décrit ainsi la position de Bir-Hakeim que les hommes de Koenig vont devoir défendre : "Simple croisement de pistes dans un désert aride, caillouteux et nu que balaient les vents de sable, Bir-Hakeim est vu de partout. Le champ de bataille se caractérise en effet par une absence totale de couverts et d'obstacles naturels. La position englobe une légère ondulation sud-nord, que jalonne un ancien poste méhariste, sans valeur défensive, et, près d'un point coté 186, les deux mamelles, qui sont les déblais de deux anciennes citernes.
A l'est de l'ondulation, une grande cuvette inclinée vers le nord". Kœnig divise le point d'appui en trois secteurs, défendus par trois des bataillons. Le 2e bataillon de la 13ème DBLE tenant la façade Est. Le 3ème en réserve, forme plusieurs groupes mobiles dotés de véhicules et de canons de 75 ou de 25 portés, disponibles pour mener des reconnaissances parfois lointaines à l’extérieur du réduit. Le système défensif emploie massivement les mines, le commandant Vincent, de la brigade FFL, décrit ainsi les défenses de Bir-Hakeim : "Pour donner de la profondeur à ce système défensif relativement linéaire, un marais de mines, c'est-à-dire une surface très grande faiblement minée, précède la position. Les branches nord et nord-est de ce marais s'étendent jusqu'aux centres de résistance voisins. A hauteur du Trigh-el-Abd, elles sont reliées par une bande minée. Le triangle ainsi déterminé sur le terrain, qui est baptisé zone du V, est surveillé par des patrouilles motorisées de la brigade FFL".
Les Français Libres vont tenir face aux Allemands sur un front de 16 km², harcelé tous azimuts il s’avère que la position fortifiée était autre chose que de simples troupes d'infanterie.
Des canons ont été récupérés partout ou cela été possible, et des centaines de mines et kilomètres de barbelés ont été posé.
Imaginez donc une force de vétérans de la taille d'une brigade (des légionnaires ayant combattu en Norvège pour certains ), relativement bien équipés protégés par des mines et des barbelés. Les Britanniques ont fait le bon choix de donner cette position a défendre aux FFL, car ce devait être les troupes les plus motivées du front (Si on compare aux australiens et indiens par exemple).

Les unités en présence :

13ème DBLE : LtCol Amilakvari
-Ier Bn : Cap. Paris de la Bollardiere (1ème,2ème, et 3ème cies + 1 cie lourde)
(1ère Cie Lt Rob , 2ème Cie Cap de la hautiere de Luzançay , 3ème Cie Lt lamoureux , Cie lourde Lt de Corta)
-IIème Bn : Cap Babonneau (5ème , 6ème et 7ème Cies + 1 Cie lourde)
(5ème Cie Cap Morel , 6ème Cie Cap Wagner , 7ème Cie Cap Arnault , Cie lourde Cap de Sairigné )
-IIIème Bn : Cdt Puchois ( 9ème,10ème et 11ème Cies + 1 Cie lourde)
(9ème Cie Cap messmer , 10ème Cie Cap de lamaze , 11ème Cie Cap le Roch , Cie lourde Cap Simon)

Note : le 1er Bn etait sous les ordres de la 2ème BFL du gen.Cazaud , en Egype au moment de Bir-Hakeim , seuls les 2ème et 3ème Bns ont participé aux combats.

Demi brigade Coloniale (Lt Col De Roux)
- 1er Bn du Pacifique ( BP1) : Lt Col Brocho
- 2ème Bn de l'oubangui ( BM2) : Cdt Amiel
- 1er Bn d'infanterie de marine (1er BIM) : Cdt Savey
- 22ème Cie Nord Africaine (22ème CNA) : Cap Lequesne

Composition generale de la 1ère BFL (Gen Koenig)
- II et III / 13ème DBLE
- Demi brigade Coloniale
- 1er Bn de Fusiliers marins (Cap Amyot d'inville)
- 1ème Rgt d'artillerie (Cdt Laurent-Champrosay)
- Elements du genie (Cap Desmaisos)
- Elements Antichars (Cap Jacqoin)
- Transmissions (Cap Renard)
- Santé (Cdt Viala-goudou)

Armement non individuel de la brigade :
- 24 canons de 75
- 62 canons antichar ( calibres 18x25 , 14x47 et 30x75 )
- 44 mortiers de 81 et 60mm
- 72 mitrailleuses hotchkiss
- 18 canons de DCA Bofors de 40mm
- 4 mitrailleuses bitubes hotchkiss de DCA
- 86 fusils antichar boys
- 386 fusil-mitrailleurs ( dont 96 de DCA )
- 63 chenillettes Bren-carrier
- Plus de 50.000 mines utilisées pour le périmetre defensif

La bataille :
Le 27 mai 1942, la position de Bir-Hakeim, attaquée par la division blindée italienne "Ariete", soutient un combat acharné mené jusqu'à l'intérieur du point fort ou 6 chars italiens seront detruits a bout portant. Les Italiens, repoussés, laisse 32 chars sur le terrain, presque la moitie de leur force blindee.
Saint-Hillier raconte le 29 mai :
"Dans notre point d'appui aucun renseignement ne parvient sur la situation générale, nous savons seulement que la 3ème brigade indienne fut écrasée le 27 mai, par 44 chars suivis de nombreuses autres troupes et que la 4ème brigade blindée et la 7ème brigade motorisée britannique se sont repliées sur Bir-el-Gobi et El-Adem. Nous sommes en grande partie isolés du reste de l'armée britannique...".

Du 1er au 10 juin, la position, harcelée méthodiquement, est complètement encerclée par des forces allemandes et italiennes, en supériorité numérique écrasante.
Outre la Division Ariete, il lancera sur Bir-Hakeim la division motorisée Trieste, la 90ème division légère allemande, 3 régiments blindés de reconnaissance de nombreuses vagues d’assaut de la Luftwaffe et, vers la fin du siege, la 15ème Panzerdivision.
Le général Rommel, commandant personnellement l’assaut, s'efforce de faire sauter ce verrou. A l'ultimatum exigeant une reddition, le général Kœnig répondra : "Nous ne sommes pas ici pour nous rendre".
Malgré les tirs d'artillerie et les bombardements aériens les plus violents, la Brigade repousse tous les assauts, ne cède pas un pouce de terrain, inflige à l'ennemi des pertes élevées
L'incroyable audace d'un groupe de volontaires du Train réussit, de nuit, à faire pénétrer dans la position un convoi de trente camions de munitions et de ravitaillement.

Le repli :
Le 10 juin cependant, toutes les ressources en eau, vivres, munitions, sont à la veille d'être épuisées. La garnison reçoit du Commandant de la 8ème armée britannique l'ordre de se replier.
Au cours de la nuit du 10 au 11, elle se fraie un passage de vive force, souvent au corps à corps, à travers les lignes ennemies et les champs de mines. Au total 2 619 hommes des FFL arriveront à rejoindre les lignes britanniques, sur les 3 703 présents au départ.

Du côté de l'Axe, les pertes sont lourdes, 3 300 hommes ont été tués, blessés ou ont disparu, 277 ont été fait prisonniers. 51 chars et 13 automitrailleuses, ainsi qu'une centaine de véhicules divers ont été détruits. La Luftwaffe, elle, a perdu 7 avions du fait de la DCA et 42 Stukas abattus par la RAF. Les pertes françaises sont comparativement beaucoup plus légères, avec 99 tués et 19 blessés, pendant le siège, et 41 tués, 210 blessés et 814 prisonniers, lors de la sortie. En outre pendant celle-ci 40 canons de 75, 5 de 47, 8 Bofors et une cinquantaine de véhicules divers ont été aussi perdus.
Le Cimetière, érigé sur l'emplacement même des combats, a été maintenu "In Memoriam". Une piste y conduit, jalonnée de Croix de Lorraine, à partir d'El Adem.

En raison de son isolement, les 182 corps qu'il contenait ont été transférés en ce lieu, où reposent aussi les quatre premiers soldats français tombés en Cyrénaïque, le 21 janvier 1941, et les six morts de l'opération de Koufra menée par le général Leclerc.

L’opinion "d’en face" :
Voyons ce qu’en a dit le Maréchal Rommel :
"Les Français disposaient de positions remarquablement aménagées ; ils utilisaient des trous individuels, des blockhaus, des emplacements de mitrailleuses et de canons antichars ; tous étaient entourés d'une large ceinture de mines. Les retranchements de cette sorte protègent admirablement contre les bombardements par obus et des attaques aériennes : un coup au but risque tout au plus de détruire un trou individuel. Aussi, pour infliger des pertes notable à un adversaire disposant de pareilles positions, est-il indispensable de ne pas lésiner sur les munitions. La principale difficulté consistait à ouvrir des brèches dans les champs de mines, sous le feu des troupes françaises... Appuyés par les attaques continues de l'aviation, les groupes d'assaut, composés de troupes appartenant à diverses armes et prélevées sur différentes unités, engagèrent l'action au nord et au sud. Mais chaque fois, l'assaut était stoppé dans les fortifications remarquablement bien établies par les Français. Chose curieuse, le gros des troupes anglaises s'abstint d'intervenir pendant les premiers jours de l'offensive lancée contre Bir-Hakeim. Seule l'Ariete fut attaquée le 2 juin, mais elle opposa à l'assaillant une résistance opiniâtre... Nous n'avions plus à craindre de voir les Britanniques lancer d'importantes attaques de diversion contre nos forces qui investissaient Bir-Hakeim et nous espérions poursuivre notre assaut contre la forteresse sans risquer d'être dérangés. Le 6 juin, à 11 heures, la 90e division motorisée partit de nouveau à l'assaut des troupes françaises commandées par le général Kœnig. Les pointes avancées parvinrent à 800 mètres du fort, puis l'offensive s'arrêta.
Le terrain, caillouteux, n'offrait aucune possibilité de camouflage et le feu violent des Français ouvrait des brèches dans nos rangs.

Une invitation à se rendre, portée aux assiégés par nos parlementaires, ayant été repoussée, l'attaque fut lancée vers midi, menée du nord-ouest par la division motorisée Trieste, et du sud-est par la 90e division motorisée allemande, contre les fortifications, les positions et les champs de mines établis par les troupes françaises. [...] Sur le théâtre des opérations africaines, j'ai rarement vu combat plus acharné. »

Et pourtant, le lendemain, lorsque mes troupes repartirent, elles furent accueillies par un feu violent, dont l'intensité n'avait pas diminué depuis la veille. L'adversaire se terrait dans ses trous individuels, et restait invisible. Il me fallait Bir-Hakeim, le sort de mon armée en dépendait".

L’impact politique :
Au-delà de l’exploit militaire, la Bataille de Bir-Hakeim a eu un impact politique énorme.
Nous sommes à la mi-42.
Sur le Front de l'Est, le Reich n'a pas encore subit la défaite de Stalingrad et semble toujours en position de pouvoir l'emporter.
Les USA sont entrés en guerre, mais, pour l'instant, se consacrent surtout au front du Pacifique, contre les Japonais.
Dans l'Atlantique, les U-Boot de Doenitz font des carnages dans les convois qui tentent d'emmener vers le Royaume-Uni le matériel dont Churchill a désespérément besoin.
La France Libre ne s'est pas encore remise des désastres de Mers-el-kebir et de Dakar.
En France, la Résistance est toujours divisée, Jean Moulin ne réussira à les unifier et créer le CNR qu'en mai 1943.

Les Français Libres ne se sont pas encore distingues. Quelques coups de main de Leclerc contre les Italiens dans le Fezzan. Les batailles fratricides en Syrie en juin 1941. Pas de quoi pavoiser (de Gaulle n'accordera aucune médaille, aucune distinction aux FFL qui se sont battus en Syrie)
La situation n'est pas brillante.
Et voilà qu'une poignée de soldats français tiens tête a l'Afrikakorps !
Au Feldmarshall Rommel, en personne !
Permettant, au passage, aux Forces Britanniques de retraiter sur des positions plus sures !
C'est l'instant. Ces 3 600 combattants sont le visage de la France Libre. Charles de Gaulle, a Londres, guette les nouvelles a chaque minute.
"L'opinion s’apprête à juger. Il s'agit se savoir si la gloire peut encore aimer nos soldats".

Il envoie un message a Koening :
"Général Koening, sachez et dites à vos troupes que toute la France vous regarde et que vous êtes son orgueil".

Le 10 juin 1942, Churchill lui déclare
"Je vous félicite de la magnifique conduite des troupes françaises a Bir-Hakeim, c'est l'un des plus beaux fait d'armes de cette guerre".
Orgueil ! Fierté ! de Gaulle et toute la France Libre boivent du petit lait...
Le 11 juin 1942, de Gaulle s'enferme dans son bureau. Koening et ses hommes vont-ils échapper à la destruction ? La presse Britannique du jour est dithyrambique mais funèbre.
En fin d’après-midi, enfin, un officier britannique apporte un message du Général Brook.
"Le Général Koening et une partie de ses troupes sont parvenus à El-Gobi hors de l'atteinte de l'ennemi".

Charles de Gaulle remercie l'officier, reconduit Maurice Schumann avec qui il se trouvait, et ferme la porte.

"Je suis seul. Ô coeur battant d’émotion, sanglots d’orgueil, larmes de joie".

Charles de Gaulle écrira plus tard :
"Quand, à Bir-Hakeim, un rayon de sa gloire renaissante est venu caresser le front sanglant de ses soldats, le monde a reconnu la France".
Par sa résistance prolongée au-delà de tout espoir et dont le retentissement mondial fut immense, la 1ère Brigade Française libre permit à la 8ème Armée britannique de se dégager et de trouver le temps nécessaire au redressement de la situation, à El Alamein.

Aux Français, alors sous l'oppression allemande, elle confirma leur foi en leurs destinées et en la victoire. La Résistance intérieure, celle de Jean Moulin
et Christian Pineau, rejoint la France libre pour ne faire qu'une seule France combattante.
Revenir en haut Aller en bas
Gustite
Administrateur


Nombre de messages : 9856
Age : 75
Localisation : 75000
Date d'inscription : 11/02/2009

MessageSujet: Re: 11 juin 1942 : Résistance héroïque à Bir Hakeim   Lun 11 Juin 2012 - 18:44

Super résumé Daniel cheer

_________________
Salutations amicales
Didier
«Il n'y a que deux puissances au monde, le sabre et l'esprit: à la longue, le sabre est toujours vaincu par l'esprit.»NAPOLEON
Revenir en haut Aller en bas
Liesse Francis
Sergent
Sergent


Nombre de messages : 96
Age : 73
Localisation : Belgique - Bruxelles
Date d'inscription : 19/02/2012

MessageSujet: Re: 11 juin 1942 : Résistance héroïque à Bir Hakeim   Ven 22 Juin 2012 - 14:36

Bravo Daniel,
Voilà un poste admirablement conçu, relatant aussi bien des faits d'armes,
la composition des FFL, des citations et un peu de cru personnel.
Voilà des postes à refaire
Merci Daniel
Revenir en haut Aller en bas
GS.59
modérateur
avatar

Nombre de messages : 7223
Age : 58
Localisation : MAMER
Date d'inscription : 27/09/2011

MessageSujet: Re: 11 juin 1942 : Résistance héroïque à Bir Hakeim   Ven 12 Juin 2015 - 8:30

RAPPEL

_________________
En ces temps difficiles, il convient d'accorder notre mépris avec parcimonie, tant nombreux sont les nécessiteux.Citation de François René, vicomte de Chateaubriand  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
GS.59
modérateur
avatar

Nombre de messages : 7223
Age : 58
Localisation : MAMER
Date d'inscription : 27/09/2011

MessageSujet: Re: 11 juin 1942 : Résistance héroïque à Bir Hakeim   Sam 11 Juin 2016 - 9:00

RAPPEL

_________________
En ces temps difficiles, il convient d'accorder notre mépris avec parcimonie, tant nombreux sont les nécessiteux.Citation de François René, vicomte de Chateaubriand  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 11 juin 1942 : Résistance héroïque à Bir Hakeim   

Revenir en haut Aller en bas
 
11 juin 1942 : Résistance héroïque à Bir Hakeim
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Direzione Egitto! Tankiste italien, juin 1942
» Midway 4 Juin 1942:Les Devastators sont décimés.
» 21 JUIN 1942 PRISE DE TOBROUK PAR LE DAK
» 12 juin 1942 : Anne Frank reçoit un cahier à carreaux
» légionnaire français BIR HAKEIM 1942

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Militaria Les Héros Oubliés  :: Rubriques Histoire :: C'est arrivé un...-
Sauter vers: