Militaria Les Héros Oubliés

militaria collection et histoire
 
AccueilDGMGalerieCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion
La collection est l’un des supports de l’Histoire

Partagez | 
 

 Opération Husky : Débarquement en Sicile

Aller en bas 
AuteurMessage
Gustite
Administrateur


Nombre de messages : 9918
Age : 76
Localisation : 75000
Date d'inscription : 11/02/2009

MessageSujet: Opération Husky : Débarquement en Sicile   Mar 20 Mar 2012 - 16:08

Opération Husky



Le 10 juillet 1943 - L'opération Husky, nom de code pour le débarquement des troupes britanniques, américaines et canadiennes en Sicile, est déclenchée. L'ouverture d'un « Second front », si souvent réclamée par Staline à ses alliés occidentaux, est devenue réalité.



la campagne de Tunisie est terminée : les Alliés sont maîtres de l’Afrique du Nord.Ce choix se justifie principalement par deux arguments :

La réussite de l’opération donnerait le contrôle aux Alliés de la majeure partie de la Méditerranée et de l’ensemble des atouts stratégiques correspondants.
Prendre pied en Sicile menacera directement le couple Hitler-Mussolini et l’obligera à détourner une partie non négligeable de ses troupes au détriment du front de l’est : la conséquence, simple à entrevoir, est que l’Armée rouge va pouvoir disposer de plus d’amplitude pour tenter de desserrer l’étau allemand.
Le premier « plan Husky » prévoyait un débarquement américain à Palerme et des anglo-canadien autour de Catane. Montgomery protesta : il craignait en effet une résistance aussi forte qu'en Afrique du nord et préférait une attaque concentrée au sud-est, qui parviendrait à neutraliser rapidement les aéroports siciliens situés principalement dans cette région. Le plan fut finalement établi ainsi : la VIIIe armée britannique débarquerait au nord et à l'ouest du cap Passero, la VIIe armée US de Patton plus à l'ouest dans le golfe de Gela, jusqu'au petit port de Licata. La VIIIe armée devait se diriger vers Messine en suivant la côte, la VIIe armée devait traverser l'île jusqu'à Palerme.



Planification

Du point de vue du commandement, le débarquement en Sicile était considéré comme une opération hasardeuse et risquée en raison de deux paramètres majeurs :

Le comportement de la mer combiné au fait que de multiples plages se trouvaient inaccessibles en raisons des nombreux hauts-fonds rendaient tout débarquement amphibie très complexe.
Les défenses de l’Axe profitaient intelligemment du relief montagneux et très accidenté : entrer à l’intérieur des terres s’annonçait donc plutôt périlleux.
De ce fait, les Alliés s'attendent à rencontrer une forte résistance. En effet, l'île est défendue par la VIe Armée italienne du général Alfredo Guzzoni, qui compte plus de 200 000 hommes, et par deux divisions allemandes motorisées, les 15e et 90e Panzerdivisions de grenadiers commandées par le général Hans Hube.

Le plan allié, sous le commandement du général d’armée Harold Alexander se décompose en trois principaux mouvements :

Débarquement amphibie de la VIIe armée US au Sud-Sud-Ouest de l'île : Licata, Gela et Scoglitti.
Opérations aéroportées de la 82e US Airborne et de la 1re Division aéroportée britannique (attaque par planeurs Waco et Horsa).
Débarquement de la VIIIe armée britannique au sud de Lentini.
Pour permettre et appuyer les deux forces de débarquement, deux groupes navals sont mis sur pied :

La Eastern Naval Task Force britannique comprenant 795 bâtiments et 715 embarcations de débarquement.
La Western Naval Task Force américaine comprenant 580 bâtiments et 1 124 embarcations de débarquement.
Au total, les troupes impliquées par le débarquement de Sicile (160 000 hommes) seront supérieures en nombre à celles du premier jour du débarquement de Normandie en 1944 (150 000 hommes).






Déroulement

L' « opération Husky », a été précédée par une manœuvre d'intoxication conduite par les services secrets alliés. Au large des côtes espagnoles, le corps d'un homme vêtu d'un uniforme d'officier des services spéciaux britanniques est découvert porteur d'une mallette renfermant des documents indiquant que le prochain débarquement allié pourrait avoir lieu en mer Égée au large de la Grèce et qu'un éventuel débarquement en Sicile, suite pourtant logique des débarquements en Afrique du Nord, ne serait qu'un leurre. Cette information est transmise par la police espagnole aux services d'espionnage nazis qui mordent à l'appât. les Allemands envoient une division blindée en Grèce et négligent la défense de la Sicile.De plus avec cette opération d'intoxication , les Anglais comprennent maintenant que les Espagnols sont loin d'être neutre comme ils le prétendent.







La logistique du débarquement allié en Sicile est d'une complexité inouïe : les troupes américaines ont leurs bases de départ en Afrique du Nord et même aux États-Unis, les troupes britanniques, en Tunisie et en Égypte, et la 1re Division canadienne, au Royaume-Uni.







Débarquement

Les Alliés ont réuni des forces et des moyens considérables : 160 000 hommes, une couverture aérienne de 4 000 avions, 3 200 navires, des barges de débarquement d'un type nouveau permettent d'amener hommes et matériel directement sur les plages - ce qui présente l'avantage de ne pas avoir à s'emparer initialement de ports toujours puissamment défendus.







Les hommes qui débarquent le premier jour sont pour moitié américains, sous le commandement du général Patton, pour l'autre moitié, britanniques et canadiens, sous le commandement du général Montgomery. L'opération est dirigée par le général britannique Alexander, adjoint d'Eisenhower. Les forces canadiennes, composées de la 1re Division canadienne et de la 1re Brigade canadienne de chars sont rattachées à la 8e Armée britannique. Elles sont commandées par le major-général Crerar. La météo exécrable perturbe en premier lieu les troupes aéroportées : le vent, combiné à la DCA ennemie, provoque de grosses difficultés de navigation pour les avions de transport et de remorquage qui peinent à atteindre leurs cibles. Les 3 400 parachutistes de la 82e airborne se retrouvent dispersés en petits groupes, autour d’une zone de 80 kilomètres de diamètre. Même constat d'échec pour les planeurs britanniques dont 70 sur les 144 de départ s'écraseront balayés par le vent ou touchés par la DCA (47 d’entre eux échoueront en mer). Toutefois, cet effet de dispersion provoque la confusion chez l’ennemi : les informations sur la présence et les mouvements des troupes alliées semblent contradictoires et complexes à décrypter par les Italiens : les hommes du colonel James Gavin réussiront, dans l’ensemble, à se rendre maître des points vitaux identifiés par le haut commandement.







Les Américains de Patton débarquent sur la côte sud-ouest de la Sicile, les Britanniques sur la côte sud-est, près de Syracuse. Les Canadiens, au centre du dispositif, débarquent dans la presqu'île de Pachino sur huit kilomètres de plage avec pour mission de s'emparer de l'aérodrome voisin. Malgré la présence de bunkers, de nids de mitrailleuses et d'une batterie de défense côtière, ils ne rencontrent tout d'abord que peu de résistance. Les soldats italiens s'enfuient à leur approche ou sont fait prisonniers. Une très bonne surprise pour les alliés : la relative faiblesse de la Luftwaffe malgré la disponibilité de 800 appareils et pilotes expérimentés.







Progression

Les Américains, par contre, doivent réagir à une sérieuse contre-offensive allemande de la puissante division blindée Hermann Goering contre leur tête-de-pont de Gela. Les Britanniques progressent rapidement le long de la côte, vers Syracuse et Catane, en direction de Messine. Les 90 000 Allemands qui occupent la partie ouest de l'île, menacés d'encerclement, se replient méthodiquement vers le carrefour stratégique routier d'Enna. Leur tactique consiste à établir une série de points d'appui de retardement afin d'évacuer vers la péninsule italienne le maximum de leurs hommes et de leur matériel, avant que le piège ne se referme sur eux. Montgomery lance les 1re et 2e Brigades canadiennes vers le centre de l'île dans une opération coup-de-poing pour les prendre de vitesse et leur couper la route.







Le terrain très accidenté de la Sicile que les Allemands savent parfaitement utiliser, oblige, au prix d'efforts inouïs et de lourdes pertes, à s'emparer de villes et de villages escarpés puissamment fortifiés. Les ponts sont détruits, les routes minées, truffées de pièges, maintenues sous le feu des mitrailleuses, des mortiers et des canons allemands. Dans ces conditions, les unités mécanisées voient leurs moyens d'intervention fortement réduits et l'infanterie canadienne doit livrer l'assaut à travers ravins, rochers et montagnes. Les Canadiens progressent grâce à une succession de coups-de-main que les Allemands qualifieront d' « Indianer Krieg », une guerre à l'indienne, dans laquelle l'infanterie canadienne va se révéler particulièrement efficace.



Les 1re et 2e Brigades avancent vers leur objectif commun: la ville d'Agira. La 1re Brigade, à gauche, nettoie le secteur de Leonforte, pendant que la 2e Brigade, à droite, enlève Assoro en avant d'Agira, au prix de lourdes pertes. Le 24 juillet, le Royal Regiment of Canada et le régiment de chars de Trois-Rivières se lancent à l'assaut du village escarpé de Nissoria qui défend l'entrée d'Agira. Ils sont durement repoussés et ce n'est qu'à la suite d'un barrage d'artillerie intense que les positions allemandes sont neutralisées, par l'infanterie des régiments Princess Patricia, Seaforth Highlanders et d'Edmonton, qui entreront dans la ville le 28 septembre, après trois jours de violents combats au cours desquels ils ont dû conquérir une à une les hauteurs qui dominent la ville.



Début août, le 22e Royal Régiment fonce sur Adrano, au pied de l'Etna, et pénètre dans ses faubourgs pour constater que les Allemands viennent d'abandonner la ville. Après quatre semaines de combats impitoyables, toujours à la pointe du combat, les Canadiens sont mis en réserve afin de préparer leur débarquement dans la péninsule italienne. Ils n'entreront donc pas en vainqueurs dans Messine, qu'Américains et Britanniques prennent le 16 août. 200 000 italiens ont été fait prisonniers, mais le gros des troupes allemandes a réussi à passer en Italie et a échappé au piège.



Conclusion de la campagne

A l’instar du débarquement en Normandie, la météo aura joué un rôle majeur : bien que toutes les troupes stationnées en Sicile aient reçu un message d'alerte, les Italiens présents sur les côtes n'ont pas voulu croire qu'un débarquement aurait lieu par un temps aussi mauvais.



Après 38 jours de combats, la prise de Messine et la jonction entre les troupes britanniques et américaines marquèrent la fin de la campagne de Sicile. Le renfort de trois divisions allemandes venues prêter main-forte aux italiens ne réussirent qu'à ralentir l'avancée alliée : les jeux étaient faits et la campagne d'Italie allait devenir la prochaine étape de la libération de l'Europe.





The 82nd Airborne getting a lift in Sicily as part of Operation Husky


Signalons aussi, le rôle non-négligeable de la mafia sicilienne acquise aux Américains par les bons offices du parrain Lucky Luciano en échange d'un allègement de sa détention. Ses services inclurent donc des contacts avec le parrain de Palerme, Calogero Vizzini. Grâce à ces « alliés », des renseignements précieux furent obtenus et même des coups de forces ponctuels contre des points stratégiques.



La campagne de Sicile n'est qu'un demi-succès. Certes, le commandement allié a réussi à occuper totalement l'île. Mais les Allemands ont réussi à mener de bons combats d'arrière-garde et à évacuer en bon ordre leurs troupes. Alors que le plan initial prévoyait l'arrivée rapide de la VIIIe armée sur Messine pour contrer cette évacuation et isoler les Allemands dans le nord-ouest, ce furent les Américains débarqués plus à l'ouest qui précédèrent les Britanniques. Le soutien de l'artillerie navale a été précieux pour les troupes débarquées et les alliés ont réussi une opération amphibie de grande ampleur. Par contre, les largages de parachutistes ont subi plusieurs fois le feu des canons de l'artillerie alliée, à cause d'un manque de coordination. Si l'on excepte les Divisions Napoli et Livorno, les Italiens n'ont pas beaucoup résisté.



Perte :
USA:
2 237 tués
6 544 blessés
Royaume-Uni:
2 721 tués
10 122 blessés
Canada :
562 tués
1 848 blessés
Total: 23 934
Allemagne :
32 100 tués, disparus ou prisonniers
? blessés
Italie:
132 000 tués, disparus ou prisonniers
? blessés-
Total : 29 000 pertes
140,000 prisonniers












Sources:

Jacques Teyssier, Documentaliste, Texte rédigé sous la supervision de M. Serge Bernier - Dr. Histoire - Directeur Histoire et patrimoine - Ministère de la Défense nationale - Ottawa.
Auteur : Eric

_________________
Salutations amicales
Didier
«Il n'y a que deux puissances au monde, le sabre et l'esprit: à la longue, le sabre est toujours vaincu par l'esprit.»NAPOLEON
Revenir en haut Aller en bas
sgt-boom
Brig-General
Brig-General
avatar

Nombre de messages : 1119
Age : 50
Localisation : Limousin / Québec
Date d'inscription : 06/02/2009

MessageSujet: Re: Opération Husky : Débarquement en Sicile   Mar 20 Mar 2012 - 22:20

marci ma chum
Revenir en haut Aller en bas
Alexderome
Lt-Colonel
Lt-Colonel
avatar

Nombre de messages : 849
Age : 53
Localisation : Ile de France
Date d'inscription : 29/01/2009

MessageSujet: Re: Opération Husky : Débarquement en Sicile   Lun 26 Mar 2012 - 1:06

La mafia a eu un rôle secondaire, mais libérer des prédateurs comme Lucky Luciano n'a pas été vraiment la meilleur idée des USA. La Mafia a contribué au marché noir, s'est emparé du controle de l'essence, des armes...
Par contre, concernant la défense de l'ile, la division Hermann Göring, avec ses Tiger a manqué de mordant. Les batteries côtières italiennes étaient tenues par des troupes territoriales ou par la MILMART de la Milice (MVSN). Le degré de défense est aléatoire. Un général des CCNN (Chemises Noires) le général Diamanti a trouvé la mort dès les premiers combats.
Revenir en haut Aller en bas
http://hongrie2gm.creer-forums-gratuit.fr/forum
Gustite
Administrateur


Nombre de messages : 9918
Age : 76
Localisation : 75000
Date d'inscription : 11/02/2009

MessageSujet: Re: Opération Husky : Débarquement en Sicile   Lun 26 Mar 2012 - 7:47

Merci Alex pour le complèment d'infos.

Les Troupes de l'Axe n'étaient donc pas psychologiquement et physiquemeent prêtes aux combats.

_________________
Salutations amicales
Didier
«Il n'y a que deux puissances au monde, le sabre et l'esprit: à la longue, le sabre est toujours vaincu par l'esprit.»NAPOLEON
Revenir en haut Aller en bas
GS.59
modérateur
avatar

Nombre de messages : 7433
Age : 59
Localisation : MAMER
Date d'inscription : 27/09/2011

MessageSujet: Re: Opération Husky : Débarquement en Sicile   Lun 26 Mar 2012 - 8:41

Gustite a écrit:
Merci Alex pour le complèment d'infos.

Les Troupes de l'Axe n'étaient donc pas psychologiquement et physiquemeent prêtes aux combats.

Bien que forces de l'Axe, les Italiens n'ont jamais été dans leur totalité fanatisés comme les Allemands ont pu l'être. Si des troupes ont bien été fidèles jusqu'au bout au fascisme, ce fut loin d'être une généralité.
Ils n’étaient déjà pas motivés par le même ‘’idéal’’ et n’ont jamais poursuivi le but eugénique de l’Allemagne nazie et cela a fait la différence.

_________________
En ces temps difficiles, il convient d'accorder notre mépris avec parcimonie, tant nombreux sont les nécessiteux.Citation de François René, vicomte de Chateaubriand  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Opération Husky : Débarquement en Sicile   

Revenir en haut Aller en bas
 
Opération Husky : Débarquement en Sicile
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Opération Husky - Sicile 1943
» Para US opération HUSKY
» Tiger I en sicile?
» sherman MKIII, sicile 1943 "le troc" FINI!!
» Dieppe 70 ans de l'opération JUBILEE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Militaria Les Héros Oubliés  :: La médiathèque :: Dossiers a thème-
Sauter vers: