Militaria Les Héros Oubliés

militaria collection et histoire
 
AccueilDGMGalerieCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion
La collection est l’un des supports de l’Histoire

Partagez | 
 

 21 août 1968, parachutiste soviétique à Prague, opération Danube

Aller en bas 
AuteurMessage
André
Brig-General
Brig-General
avatar

Nombre de messages : 1225
Age : 28
Localisation : *
Date d'inscription : 01/02/2009

MessageSujet: 21 août 1968, parachutiste soviétique à Prague, opération Danube   Mar 21 Aoû 2018 - 3:05


Pays du Pacte de Varsovie lors de l'invasion de la Tchécoslovaquie le 20 août 1968, deux pays ne participèrent pas, la Roumanie et l'Albanie qui se retira après l'invasion de l'organisation

En 1948, le coup de Prague avait amené les communistes au pouvoir. Près de vingt après, en 1968, l'économie est en difficulté et la colère gronde depuis quelques temps dans les cercles intellectuels mais aussi au sein de la population contre Antonín Novotný, premier secrétaire du Parti communiste et de la République tchécoslovaque. Le pouvoir est resté extrêmement concentré, centralisé et les libertés sont sévèrement limitées, Novotný a la réputation d'être un "dur" même au sein du bloc de l'est. Il rencontre Brejnev, le dirigeant soviétique, à Prague, en 1967 mais celui-ci constatant l'impopularité du Président tchécoslovaque refuse de le soutenir face aux contestations internes au sein du PCT.
 


Couverture du magazine Time d'avril 1968, "Dubček, le patron du Parti; autodétermination pour la Tchécoslovaquie"

Dubček réussi à provoquer la chute de Novotný et à prendre la tête du parti en janvier 1968. Un proche du nouveau premier secrétaire, Svoboda, prendra la présidence de la République en mars 1968. Ce sont deux communistes convaincus mais pour tenter de regagner l'estime de la population, ils relâchent la censure, autorisent des groupements sociaux et politiques indépendants du parti communiste. C'est la politique du "socialisme à visage humain". La population tchécoslovaque demande une libéralisation politique de plus en plus importante en ce printemps 1968. Si Dubček souhaite garder la main sur les réformes, le mouvement commence à lui échapper. Il tente cependant de calmer les inquiétudes soviétiques et celles de ses voisins communistes en réaffirmant sa fidélité à Moscou et au Pacte de Varsovie.
Pour Brejnev, secrétaire général du comité central du parti communiste soviétique, le risque est trop grand de laisser se développer le printemps tchécoslovaque. A terme, ce serait voir immanquablement Prague sortir du giron soviétique, s'engager dans la voie de la neutralité, ou pire, s'allier à l'Ouest. Les réformes menées pourraient donner des idées à d'autres pays du bloc communistes qui seraient alors tentées eux aussi de prendre plus d'autonomie par rapport à Moscou.
La Tchécoslovaquie présente en plus un autre atout qu'il serait dommage pour le bloc de l'est de laisser filer, un centre industriel certes déclinant mais toujours puissant. Les Américains semblant trop occupés au Vietnam pour s'opposer au troupes du Pacte en cas d'intervention militaire en Tchécoslovaquie, la décision est prise, la réforme doit être stoppée! par la force si nécessaire!
Des exercices militaires du Pacte de Varsovie eurent lieu fin juin en Tchécoslovaquie. Ils permirent d'établir de premiers repérages. Les troupes se retirèrent du pays et s’installèrent à la frontière tchécoslovaque.
Le 23 août 1968 à 23 heures, plus de 250 000 hommes du Pacte de Varsovie, bulgares, hongrois, polonais et soviétiques, appuyés par près de 5 000 blindés franchirent la frontière tchécoslovaque.
Les troupes d'invasion progressèrent rapidement, s'emparant sans combattre de la plupart des villes tchécoslovaques.
Des troupes est-allemandes devaient, selon les plans initiaux, participer aux opérations d'invasion mais quelques heures seulement avant le début de l'opération "Danube", sur ordre de Brejnev, la participation allemande fut annulée. Le Kremlin craignait que la participation de troupes allemandes, presque vingt ans après la crise des Sudètes de 1938, ne soit réutilisée comme un symbole par l'opposition tchécoslovaque.


En haut, soldats soviétiques et polonais fraternisant au cours de l'invasion de la Tchécoslovaquie
En bas, soldats bulgares rentrant au pays après la répression du Printemps de Prague

Pour paralyser rapidement le pouvoir tchécoslovaque et tuer dans l’œuf toute tentative de résistance organisée, les dirigeants soviétiques devaient prendre rapidement le contrôle de Prague, centre névralgique d'un régime alors encore ultra centralisé.
Peu de temps après que les armées du Pacte de Varsovie eurent franchi la frontière tchécoslovaque, des agents soviétiques, déguisés en touristes prennent le contrôle de l'aéroport international de Prague aux premières heures du 21 août 1968.
L'aéroport Ruzyne rapidement sécurisé, l'aviation de transport soviétique débarqua à moins de dix kilomètres du cœur de la capitale les hommes, les blindés et l'artillerie de la 7e division aéroportée. Dubček et les membres du gouvernement tchécoslovaque réformateur furent et envoyer à Moscou.
C'est dans une capitale entièrement sous contrôle des parachutistes que les troupes du Pacte de Varsovie firent leur jonction avec la 7e division aéroportée soviétique.

DCA légère de la 7e division aéroportée mise en batterie dans une rue de Prague

La quasi absence de résistance tchécoslovaque s'explique par le fait que la Tchécoslovaquie n'avait pris aucune mesure préventive contre une invasion. Alors que les élites militaires et politiques soviétiques inquiètes des conséquences qu'auraient pu avoir au sein du bloc communiste une propagation du Printemps de Prague réfléchissaient en secret depuis avril 1968 à une opération militaire, Les réformateurs tchécoslovaques ne pensaient pas une invasion soviétique possible, pensant que leurs entretiens avec les dirigeants soviétiques à la fin du mois de juillet avaient rassurés ces derniers et que le Kremlin ne prendrait pas le risque de ternir son image à l'international en envoyant ses troupes comme il l'avait fait en Hongrie plus d'une décennie auparavant.
C'est pourquoi, conscient du déséquilibre des forces, Dubček demanda à la population de ne pas résister par les armes afin d'empêcher un bain de sang comme lors de la répression de Budapest en 1956.

Discussion houleuse entre un militaire tchécoslovaque et un officier soviétique

Des manifestations se formèrent mais celles-ci finir par s'affaiblir au bout d'une semaine face aux blindés et aux fantassins. Près d'une centaine de civils trouvèrent la mort au cours des mouvements populaires.



Cependant la popularité de  Dubček était telle que les Soviétiques durent accepter de le réintégrer à son poste de premier secrétaire du parti communiste tchécoslovaque, au moins en apparence. Le pouvoir tchécoslovaque s'engagea à réduire à nouveau la liberté d'expression, les groupements politiques et sociaux indépendants du parti communiste durent être dissouts, la vie économique fut reprise en main et les réformateurs du parti mis de côté. Dubček fut écarté en 1969 du poste de premier secrétaire et fut remplacé par Gustáv Husák qui s'engagea sur la voie de la "normalisation" dans les relations avec l'Union soviétique. Le Printemps de Prague avait était écrasé.

Beaucoup de soldats soviétiques furent décontenancés par les réactions des civils tchécoslovaques, alors qu'ils pensaient être accueillis en libérateurs d'un "coup contre-révolutionnaire" que la propagande leur avait vendu, ils furent insultés et traités de nazis...

Buste d'un parachutiste soviétique participant à la prise de Prague le 21 août 1968, au cours de l'opération Danube,

(collection personnelle)



Photos d'époque ayant inspiré le buste,






Combinaison de saut, fabrication des années 1960 en coton épais,


Blouse ("gymnastreka") modèle 1943, fabrication des années 1960,


Calot ("pilotka"), porté par les parachutistes avant la généralisation du béret à partir de 1968,


Ceinturon de campagne avec boucle grise, remplacée par une boucle kaki dans le règlement de 1969,


Porte-chargeurs d'AKM, fabrication des années 1960/1970,


Porte-grenades, fabrication des années 1960/1970,


Musette pour le masque-à-gaz,


Toile de tente ("plasch-palatka"), elle pouvait être utilisée comme une cape,


Sangle multi-usage,
Revenir en haut Aller en bas
GS.59
modérateur
avatar

Nombre de messages : 7464
Age : 59
Localisation : MAMER
Date d'inscription : 27/09/2011

MessageSujet: Re: 21 août 1968, parachutiste soviétique à Prague, opération Danube   Mar 21 Aoû 2018 - 8:51

Quand les jeunes écrivaient sur les murs de Prague Lénine, réveille-toi, ils sont devenus fous.

J'ai lu qu'ils chantaient aux militaires soviétiques Ivan, rentre chez toi, Natacha t'attend.

On voit l'emprise et le travail de sape du communiste sur les mouvements pacifistes en Occident, emprise que l'on ne devinait pas lorsqu'on était jeunes à cette époque, car autant le Vietnam a mobilisé la jeunesse du Monde entier, autant ces faits de l'autre coté du mur n'ont pas suscité grand intérêt. Si l'on doit faire un parallèle actuel sur le désintérêt de peuples qui se mobilisent pour leur liberté dans la quasi-indifférence ça serait avec le Printemps Arabe .

Belle présentation, merci.

_________________
En ces temps difficiles, il convient d'accorder notre mépris avec parcimonie, tant nombreux sont les nécessiteux.Citation de François René, vicomte de Chateaubriand  
Revenir en haut Aller en bas
Gustite
Administrateur


Nombre de messages : 9929
Age : 76
Localisation : 75000
Date d'inscription : 11/02/2009

MessageSujet: Re: 21 août 1968, parachutiste soviétique à Prague, opération Danube   Lun 27 Aoû 2018 - 22:53

Super post André
Une sacrée période la guerre froide! toute notre enfance!
Revenir en haut Aller en bas
GS.59
modérateur
avatar

Nombre de messages : 7464
Age : 59
Localisation : MAMER
Date d'inscription : 27/09/2011

MessageSujet: Re: 21 août 1968, parachutiste soviétique à Prague, opération Danube   Mar 28 Aoû 2018 - 8:42

Gustite a écrit:
Super post André
Une sacrée période la guerre froide! toute notre enfance!

Comme tu le dis, toute notre jeunesse ! Nous en avons déjà parlé, comment expliquer à nos enfants que nous vivions dans la certitude d'une guerre nucléaire ou chimique, voire bactériologique et qu'en dépit de cela nous vivions pleinement avec des convictions, notamment le pacifisme (peut être justement à cause de cela !)
J'avais parlé d'une excellente série Deutchland 83 https://fr.wikipedia.org/wiki/Deutschland_83 avec souvent en musique de fond Nena

_________________
En ces temps difficiles, il convient d'accorder notre mépris avec parcimonie, tant nombreux sont les nécessiteux.Citation de François René, vicomte de Chateaubriand  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 21 août 1968, parachutiste soviétique à Prague, opération Danube   

Revenir en haut Aller en bas
 
21 août 1968, parachutiste soviétique à Prague, opération Danube
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» quelques posters de propagande soviétique
» Chronomètre (chronographe ?) marine soviétique en présentation sur le bloc d'en face
» nouveau site en construction sur l'armée soviétique
» l'histoire du programme spatial soviétique
» infanterie soviétique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Militaria Les Héros Oubliés  :: GROS PLAN :: UNIFORMES-
Sauter vers: