Militaria Les Héros Oubliés

militaria collection et histoire
 
AccueilDGMGalerieCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion
La collection est l’un des supports de l’Histoire

Partagez | 
 

 Norodom _ Récit de mon parcours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Norodom
Membre honoraire


Nombre de messages : 4
Age : 89
Localisation : Sud Toulousain
Date d'inscription : 30/03/2015

MessageSujet: Norodom _ Récit de mon parcours   Jeu 29 Oct 2015 - 19:24

Bonsoir,

Le rappel de notre administrateur n'est pas vain, car en ce qui me concerne je suis resté aux abonnés absents.
Le bon sens sur ce forum, partant de son titre "Les héros oubliés" imposerait qu'il soit principalement question de ceux là.
Alors, imaginez ma gêne, moi qui n'ai pas été un héros et qui cependant veut être mieux connu de ceux avec qui je souhaite dialoguer... Je vous raconte mon parcours...
...............................................................................................................................................

C'est en mai 1944, place du Capitole à Toulouse que tout a commencé...
M'étant aperçu que j'étais filé, ce qui fut aussi le cas pour d'autres de mes copains de l'époque, il a été nécessaire que par mesure de sécurité et de précaution, nous devions trouver refuge dans un Maquis.
Ce n'est qu'en 1949, après mon retour d'Indochine que j'ai eu l'explication de ces filatures.

Le départ au Maquis se fit en deux groupes...
Le premier au sein duquel se trouvait un copain de l'époque de un an mon aîné, qui se rendit célèbre par la suite... Alfred Sirven... vous connaissez ?
Sirven était communiste et il avait choisi de rejoindre un maquis FTP dans le Lot.
Ce qui étonne de la part de ce zigue là, c'est que plus tard il alla combattre les communistes en Corée... mais c'était avant tout un baroudeur.

Le deuxième groupe où je me trouvais, rejoignit un Maquis "Libérer et Fédérer" dans le Tarn...
Et c'est là, dans l'après-midi du 7 juillet 1944 que nous avons reçu la visite de deux dizaines de miliciens de la Milice de Castres qui nous capturèrent (nous étions 9).
Ils nous amenèrent à Lavaur où, dans la nuit du 7 au 8 juillet 1944, ils nous firent l'honneur d'un interrogatoire en règle, qui heureusement ne se termina pas dramatiquement.
Le 8 juillet ils nous conduisirent à leur Siège à Castres.

Nous étions donc 9 lorsque nous avons été capturés mais environ 30 ou 40 jusqu'à la veille de ce mémorable 7 juillet 1944.
La plupart d'entre nous se connaissaient, un nombre important ayant travaillé aux PTT où existait un réseau dont l'Histoire a peu parlé.

Il y avait, à ma connaissance un seul communiste, Henri P..., un copain, mon cadet de un mois.
Au moment de notre interrogatoire il avait sur lui une lettre de son père militant communiste, dur parmi les durs, lettre dont le contenu ne laissait planer aucun doute sur ses penchants révolutionnaires.
Henri fut immédiatement transféré au siège de la Milice à Toulouse et ensuite pris en charge par la Gestapo. Son père fut déporté à Buchenwald d'où, après avoir été libéré par les Alliés il revint dans un état d'épuisement extrême.
Quant à Henri, il fut interrogé et torturé au siège de la Gestapo à Toulouse dans une rue qui de nos jours porte le nom de "Rue des Martyrs de la Libération". Je passe sur les détails de la torture !.
J'ai toujours en mémoire les paroles d'Henri, ici, chez moi :
<< Tu sais Roger, je n'ai rien dit parce que je ne savais rien... mais si j'avais su.. ??? >>

Le 19 août 1944, jugeant probablement qu'il était prématurément risqué de nous lâcher dans la nature, les miliciens nous amenèrent avec eux sur la route de leur exode, précédés et suivis en cela par les véhicules de l'armada allemande qui quittait Toulouse.
Vers 22 ou 23 heures, ayant traversé Carcassonne, entre Trèbes et Fontiès-d'Aude, à la faveur de la nuit, j'ai profité de l'état de somnolence de mes proches voisins pour plonger dans ce que je croyais être la rivière Aude mais qui en réalité était une bande de champ labouré...
Mes copains furent relâchés vers Montpellier et ceux que j'ai revus m'ont affirmé que personne ne s'était aperçu de mon envol !
Croyez moi, ceux qui me lisez ici, ce n'était ni du courage, encore moins de l'héroïsme... c'était la trouille !

Rentré à Toulouse, je m'engageais immédiatement dans la 1ère Division Légère de Toulouse qui prit la direction de Saulieu, puis Digoin (Chiseuil) Paray-le-Monial et Autun, à peine 24 h après la Libération de la ville par le 2ème Dragons sous les ordres du Lieutenant-Colonel Demetz.
Puis, atteint d'une bronchite, sur ordre du médecin militaire (je n'avais pas 17 ans), j'ai quitté les zones d'opérations le 20 octobre 1944

Engagé au 1er RIC à Toulouse, j'ai dû quitter cette unité au moment de son départ vers la Pointe de Grave et l'Ile d'Oléron en mars 1945... J'avais été jugé encore une fois trop jeune !
Dès mes 17 ans révolus, ce fut en un premier temps mon engagement pour la durée de la guerre, puis un engagement de 3 ans. Ensuite, après une longue période de formation dans les corps des Transmissions à Bordeaux et à Toulouse, après un passage de quelques mois à l' Ecole Militaire des Transmissions à Montargis, un passage d'instructeur Radio à Clermont-Ferrand puis chef de poste Radio à Grenoble, ce fut l'Indochine en Mai 1947.

Terminant mon séjour en E.O. par un passage de 4 mois ½ au Cambodge, le paquebot André Lebon m'a amené à quai à Marseille le 30 novembre 1948.

Une anecdote à l'intention des CH'tis de ce forum (s'il s'en trouvent) :
Au cours du Printemps 1948, à Saïgon, j'avais fait la connaissance de Aimable Pluchard, le CH'ti au grand talent qui avec son accordéon a fait danser toute la planète.
Aimable, originaire de Trith-Saint-Léger dans le Nord, portait bien son prénom... c'était un "gouailleur" d'une grande simplicité et d'une grande gentillesse !... Je l'ai retrouvé à Phnom-Penh à l'automne 1848 où il se produisait dans les cabarets de renom. Nous avons fait quelques "virées" je vous dis !
Pour la bringue, il n'était pas le dernier... il était devenu pour moi, un copain.
Nous nous sommes revus sur le paquebot André Lebon car le hasard a voulu que nous rentrions en France en novembre 1948, sur le même paquebot.
Après cela nous nous sommes revus une seule fois en Bretagne vers le début des années 1970, J'avais appris ainsi qu'il avait une fille de 21 ans... Martine...
J'ai toujours chez moi le journal "La Voix du Nord" relatant son départ de ce monde et je suis encore très triste lorsque je vois sa sépulture, toujours fleurie, sur le web... il avait tant d'amis !

Autre anecdote qui concerne mon pseudo = Norodom.
Au mois d'août 1948 à Phnom-Penh, je suis intervenu pour un dépannage sur l'émetteur de la Radio Khmère.
Le lendemain, allant me rendre compte du bon fonctionnement de l'émetteur, j'ai eu l'agréable surprise de me trouver face-à-face avec le Roi Norodom Sihanouk qui m'a remercié sans me poser la moindre question.
Dans les 48 heures suivantes il me fit parvenir une invitation pour me rendre au Palais Royal pour assister à une représentation par les ballets Khmers... alors... Norodom !

Démobilisé à Toulouse en Mars 1949, avant mon mariage en 1951, j'ai connu quelques difficultés à retrouver mes marques.

C'est quand on termine que l'on s'aperçoit combien on a été long !...
A la manière de Norodom (le vrai) je joins mes mains dans la prière, pour que Norodom (l'usurpateur) n' apparaisse pas trop lassant !
Et pourtant, je pourrais écrire en m'inspirant d'un roman de Jean d'Ormesson :
"Un jour je m'en irai sans avoir tout dit"

Cordialement

Roger
Revenir en haut Aller en bas
Gustite
Administrateur


Nombre de messages : 9847
Age : 75
Localisation : 75000
Date d'inscription : 11/02/2009

MessageSujet: Re: Norodom _ Récit de mon parcours   Jeu 29 Oct 2015 - 19:32

Merci pour ton récit Roger,
Une sacrée époque et tu en as gardé de précieux souvenirs!
Tu n'as pas quelques photos de l'Indochine?

_________________
Salutations amicales
Didier
«Il n'y a que deux puissances au monde, le sabre et l'esprit: à la longue, le sabre est toujours vaincu par l'esprit.»NAPOLEON
Revenir en haut Aller en bas
Norodom
Membre honoraire


Nombre de messages : 4
Age : 89
Localisation : Sud Toulousain
Date d'inscription : 30/03/2015

MessageSujet: Re: Norodom _ Récit de mon parcours   Jeu 29 Oct 2015 - 19:48

Non mon cher Didier, Mosellan... Pas la moindre photo !
Ni prise par moi, ni sur laquelle je pourrais figurer...
A l'époque nous n'avions pas de quoi sous la main...
Mais alors que je m'achemine allègrement vers mon 88ème balai, tout, absolument tout, est dans ma tête !

Cordialement,

Roger
Revenir en haut Aller en bas
GS.59
modérateur
avatar

Nombre de messages : 7223
Age : 58
Localisation : MAMER
Date d'inscription : 27/09/2011

MessageSujet: Re: Norodom _ Récit de mon parcours   Ven 30 Oct 2015 - 10:14

Quel parcours !
17 ans en 1944... Je l'ai raconté ici, j'ai rencontré un Résistant (la majuscule que j'utilise lorsque je parle de la Résistance n'est pas une faute de français mais une marque de mon immense respect) du maquis Aigoual-Cévennes qui avait 16-17 ans lors de son entrée dans la Résistance...
Lorsque je vois les gamins de 17 ans de nos jours je me demande combien auraient ce courage et cette maturité.
Mais si Roger tu as bien été un héro ! J'ai longuement discuté avec mon beau-père lorsqu'il avait toute sa tête sur sa période de RAD et de déportation, de son refus de prêter serment de saluer le bras tendu etc. et des risques encourus par tous ceux qui modestement ou de façon plus spectaculaire ont refusé le joug nazi; tous ceux-ci sont bien des héros car à cette période on risquait la torture, le peloton, la déportation pour vraiment pas grand chose.
Tu as été un héro car tu as fait partie de ces trois petits pour cent qui ont dit non lorsque les autres, lorsqu'ils ne collaboraient pas, détournaient leur regard.

_________________
En ces temps difficiles, il convient d'accorder notre mépris avec parcimonie, tant nombreux sont les nécessiteux.Citation de François René, vicomte de Chateaubriand  
Revenir en haut Aller en bas
Norodom
Membre honoraire


Nombre de messages : 4
Age : 89
Localisation : Sud Toulousain
Date d'inscription : 30/03/2015

MessageSujet: Re: Norodom _ Récit de mon parcours   Lun 2 Nov 2015 - 17:45

Bonjour,

J'avais prévu de poursuivre le récit de mon parcours pour, comme je l'ai écrit lors de mon premier message, être mieux connu des participants de ce forum.
Je m'attendais à autre chose qu'être seulement qualifié de héros par un administrateur de ce forum
Non!... Monsieur GS.59, je ne suis pas un héros et visiblement vous ne pouvez aucunement m'attribuer ce titre au lu de ce que j'ai présenté. Ou alors, vous n'avez pas le sens de la définition de l'héroïsme !
Ce serait d'ailleurs très intéressant d'ouvrir un fil de discussion sur l'héroïsme, s'agissant des acteurs en relation avec les événements qui ont couvert la période de 1940-1945....
Ensuite il y a l'écho réservé à mon récit...
Pas la moindre question...
Et... 20 lecteurs il y a trois jours... 21 ce matin !
Ne cherchez pas... pour lire le contenu des sujets sur ce forum, la connexion est obligatoire...
Alors... que l'on ne s' étonne pas de l'absence d'incitation à l'intérêt de ce forum...
Franchement désolé.. Je n'ai pas l'esprit kamikaze...je prends congé !

Roger
Revenir en haut Aller en bas
GS.59
modérateur
avatar

Nombre de messages : 7223
Age : 58
Localisation : MAMER
Date d'inscription : 27/09/2011

MessageSujet: Re: Norodom _ Récit de mon parcours   Mar 3 Nov 2015 - 13:22

Norodom a écrit:
Bonjour,

J'avais prévu de poursuivre le récit de mon parcours pour, comme je l'ai écrit lors de mon premier message, être mieux connu des participants de ce forum.
Je m'attendais à autre chose qu'être seulement qualifié de héros par un administrateur de ce forum
Non!... Monsieur GS.59, je ne suis pas un héros et visiblement vous ne pouvez aucunement m'attribuer ce titre au lu de ce que j'ai présenté. Ou alors, vous n'avez pas le sens de la définition de l'héroïsme ! A mon sens, mais cela n'engage que moi, et reste tout à fait personnel, le fait d'avoir intégré le maquis constitue déjà un acte d'héroïsme, mais soit, je retire ce qualificatif
Ce serait d'ailleurs très intéressant d'ouvrir un fil de discussion sur l'héroïsme, s'agissant des acteurs en relation avec les événements qui ont couvert la période de 1940-1945....
Ensuite il y a l'écho réservé à mon récit...
Pas la moindre question...Et... 20 lecteurs il y a trois jours... 21 ce matin ! Ca...c'est pas ici qu'on viendra chercher le Goncourt, c'est certain.
Ne cherchez pas... pour lire le contenu des sujets sur ce forum, la connexion est obligatoire...comme souvent
Alors... que l'on ne s' étonne pas de l'absence d'incitation à l'intérêt de ce forum...
Franchement désolé.. Je n'ai pas l'esprit kamikaze...je prends congé ! Au revoir Roger
Roger

_________________
En ces temps difficiles, il convient d'accorder notre mépris avec parcimonie, tant nombreux sont les nécessiteux.Citation de François René, vicomte de Chateaubriand  
Revenir en haut Aller en bas
GS.59
modérateur
avatar

Nombre de messages : 7223
Age : 58
Localisation : MAMER
Date d'inscription : 27/09/2011

MessageSujet: Re: Norodom _ Récit de mon parcours   Jeu 5 Nov 2015 - 16:13

Bonjour,

J'ai entendu ce matin ce qui me semble une excellente définition de ce qu'est un héro.
J'ai entendu cela sur France Inter lors d'une interview au sujet du film de Robert Guédiguian sur le génocide arménien, Une Histoire de Fou.
L'auteur dit qu'un héro est sans doute celui qui fait ce qui est juste à un moment de l'histoire et c'est l'Histoire qui d'ailleurs le reconnait.
Il prend l'exemple de Résistants fabricant des boites de conserve et prenant soin de percer un petit trou au fond.
Il s'agit là d'une action pas bien spectaculaire qui n'a pas de quoi alimenter un film hollywoodien mais d'une façon modeste à la portée de tout le monde, de s'opposer à l'ennemi, à  la portée de tout le monde mais sans doute aussi dangereuse que le dynamitage d'une voie ferrée sous le régime nazi.

_________________
En ces temps difficiles, il convient d'accorder notre mépris avec parcimonie, tant nombreux sont les nécessiteux.Citation de François René, vicomte de Chateaubriand  
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Norodom _ Récit de mon parcours   

Revenir en haut Aller en bas
 
Norodom _ Récit de mon parcours
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Militaria Les Héros Oubliés  :: La médiathèque :: Histoires de guerre-
Sauter vers: