Militaria Les Héros Oubliés

militaria collection et histoire
 
AccueilDGMGalerieCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresConnexion
La collection est l’un des supports de l’Histoire

Partagez | 
 

 Les déseteurs de la Whermarcht, le saviez-vous ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
GS.59
modérateur
avatar

Nombre de messages : 7223
Age : 58
Localisation : MAMER
Date d'inscription : 27/09/2011

MessageSujet: Les déseteurs de la Whermarcht, le saviez-vous ?   Dim 6 Oct 2013 - 11:08

Voici un fait que j’ai découvert dans Auriez-vous crié Heil Hilter de François Roux et c’est une découverte qui a du mal à passer, je l’avoue.

L’auteur explique dans ce chapitre La résistance des soldats, que les soldats, officiers, officiers supérieurs qui ont refusé de participer aux crimes et exactions n’ont généralement pas été inquiétés, tout juste changés d’affectation (on se demande donc pourquoi il y en eut si peu…)

Il traite également des déserteurs et j’ai découvert avec effarement que ces hommes n’avaient recouvré leurs droits civiques qu’en 1997 et l’annulation des jugements et leur réhabilitation ne datent que de 2002, et encore, au cas par cas et après examen de leurs motivations !!!
Franchement, je suis tombé des nues ! Des hommes ont été poursuivis et condamnés pour avoir déserté l’armée au service des plus hideux des systèmes que l’Humanité ait connus et ce jusqu’en 2002 !!!

_________________
En ces temps difficiles, il convient d'accorder notre mépris avec parcimonie, tant nombreux sont les nécessiteux.Citation de François René, vicomte de Chateaubriand  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Daniel Laurent
Colonel
Colonel
avatar

Nombre de messages : 875
Age : 64
Localisation : Francais de Bangkok
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Les déseteurs de la Whermarcht, le saviez-vous ?   Lun 7 Oct 2013 - 7:47

Bonjour,

Quelques détails :

Déserteurs Allemands et Autrichiens

Durant la seconde guerre mondiale, environ 30 000 déserteurs de la Wehrmacht ont été condamnés à mort par les cours martiales. Approximativement 20 000 furent exécutés et les 10 000 survivants libérés de prison ou de camp après-guerre.

Mais leurs dossiers judiciaires ne furent pas réexaminés et ils ont été traités comme des parias, des « traîtres à la Patrie » pendant des décades, certains d’entre eux étant licenciés des que leur statut était découvert, voire même ont reçus des menaces de mort.

Mais cela va changer, le Parlement Allemand va enfin voter une loi de réhabilitation pour les rares survivants, ce qui représente une victoire longtemps attendue pour Monsieur Ludwig Baumann qui a fondé la « Fédération allemande des victimes de la justice militaire national-socialiste » en 1990 et à aujourd’hui 87 ans.

M. Baumann a déserté à Bordeaux en 1942 après avoir découvert la réalité génocidaire du nazisme. Capturé, il fut condamné à mort mais sa peine fut commuées en 12 ans de travaux forces grâce aux « interventions » de son père qui était un riche homme d’affaire, bref grâce à la corruption... Il a également survécu à quelques mois de Bataillon disciplinaire sur le Front de l’Est.

Source : AFP citée le 7 septembre 2009 dans le Bangkok Post.
Revenir en haut Aller en bas
GS.59
modérateur
avatar

Nombre de messages : 7223
Age : 58
Localisation : MAMER
Date d'inscription : 27/09/2011

MessageSujet: Re: Les déseteurs de la Whermarcht, le saviez-vous ?   Lun 7 Oct 2013 - 10:20

Merci de ce complément d'informations Daniel.

Je suis stupéfait d'apprendre que déserter l'armée nazie fut mal vu jusque dans les années 1990 - 2000 en Allemagne !
Il est clair que c'est une autre conséquence de l'ambiguïté créée par les purges et la dénazification a minima voulus par les Alliés après le conflit.
Puisque dans la légende des seuls exactions SS la Wh ''ne faisait que son devoir comme toutes les armées'' il est logique que le déserteur devient un traitre comme dans n'importe quelle armée.

A ne pas en douter, ce changement d'attitudes et cette prise de conscience correspondent à l'exposition itinérante (aux deux expositions en fait puisque le déroulement de la première prêtait à discussion) qui a déchiré l'Allemagne dans les années 90-2000 (un beau sujet pour ton magazine !)
Je crois que l'on sous-estime beaucoup l'impact de cette exposition qui a vraiment bouleversé les choses en Allemagne. Si seulement elle s'était tenue dans d'autres pays autres que le Luxembourg et l'Autriche.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
En ces temps difficiles, il convient d'accorder notre mépris avec parcimonie, tant nombreux sont les nécessiteux.Citation de François René, vicomte de Chateaubriand  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Daniel Laurent
Colonel
Colonel
avatar

Nombre de messages : 875
Age : 64
Localisation : Francais de Bangkok
Date d'inscription : 04/02/2009

MessageSujet: Re: Les déseteurs de la Whermarcht, le saviez-vous ?   Lun 7 Oct 2013 - 10:33

Bonjour,

GS.59 a écrit:
(un beau sujet pour ton magazine !)
Mais c'est deja fait, mauvais lecteur :-) !
Voir l'article Bundeswehr : opération blanchiment en page 9 de notre numéro 2 :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
André
Brig-General
Brig-General
avatar

Nombre de messages : 1160
Age : 27
Localisation : *
Date d'inscription : 01/02/2009

MessageSujet: Re: Les déseteurs de la Whermarcht, le saviez-vous ?   Lun 7 Oct 2013 - 10:58

Bonjour,

est-ce que cette attitude vis-à-vis des déserteurs ne résulte pas non plus de l'ambiguïté créée par une guerre "totale"?

Je m'explique. Certes, le soldat allemand de 1939-1945 se battait pour le régime nazi, mais dès que la guerre fut déclarée avec les puissances occidentales et en encore plus après avec l'URSS, il savait très bien, comme les civils, que la guerre finirait en vainqueur à Moscou, Paris ou Londres, ou en perdant (avec tous les risques que cela implique pour ses proches) à Berlin.
A partir de là, il se battait pour le régime nazi, mais également pour l'Allemagne. Et dès que l'on se bat pour son pays, il est beaucoup plus mal vu par ses camarades de déserter.

Et je pense que ce sentiment n'a fait que s'exacerber à mesure que la défaite et l'entré des Alliés (et surtout des Soviétiques qui n'allaient probablement pas faire de quartier avec les civils (je n'ai pas besoin de rappeler la propagande nazie sur le bolchévique)) se rapprochait.

Que le sentiment ait perduré après-guerre ne m'étonne pas plus que cela. Comment aurions-nous réagis si la partie est de la France avait été occupée par un régime totalitaire suite à une défaite?

Une partie de la population n'est même pas capable de pardonner à de pauvres bougres fusillés pour l'exemple en France en 1914-1918 alors que nous avons été vainqueurs et que les conséquences de la guerre ne furent pas l'amputation d'une partie de notre territoire au profit d'un État totalitaire.

Autre petit tabou, quid des déserteurs français en Indochine et en Algérie? Il n'y a qu'à voir la polémique soulevée lors de la mort du général Bigeard.
Encore une autre plus dure à mon sens: les ouvriers communistes qui ont saboté des grenades destinées à nos soldats en Indochine ou en Algérie sont-ils des traîtres ou des héros anti-colonialistes...?

Je ne fais pas de parallèles contestables avec la France (durant la 1eGM, en Indochine et en Algérie, la France n'était pas un État totalitaire ou une dictature) pour minimiser ou encore moins "excuser" le comportement d'une grande partie des unités allemandes lors de la 2eGM, mais je pense ça explique en partie les réticences de certains Allemands vis-à-vis de leurs déserteurs. Pour un aviateur, déserter c'était permettre aux bombardiers alliés de passer, pour un fantassin, déserter face aux Soviétiques c'était laisser son camarade de village se faire tuer seul... etc.

Quand on voit la haine de certains normands ou bretons vis-à-vis des anglo-saxons encore aujourd'hui (probablement pas la majorité, mais c'est du vécu et pas du ouï-dire) pour les bombardements de 1944, je pense que le comportement et le ressenti des populations n'est pas aussi rationnel qu’il devrait être dans un monde parfait.
Ou la haine du "glawis" dans les milieux de la marine française pour Mers-el-Kébir, ou à Toulon...

Maintenant que les Allemands aient surpassé ces problèmes pour lever les sanctions vis-à-vis des déserteurs est une bonne chose et c'est tout à leur honneur.


Dernière édition par André le Lun 7 Oct 2013 - 11:05, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
GS.59
modérateur
avatar

Nombre de messages : 7223
Age : 58
Localisation : MAMER
Date d'inscription : 27/09/2011

MessageSujet: Re: Les déseteurs de la Whermarcht, le saviez-vous ?   Lun 7 Oct 2013 - 11:01

Daniel Laurent a écrit:
Bonjour,

GS.59 a écrit:
(un beau sujet pour ton magazine !)
Mais c'est deja fait, mauvais lecteur :-) !
Voir l'article Bundeswehr : opération blanchiment en page 9 de notre numéro 2 :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Que nenni Daniel, je ne parle pas de la dénazification ''light'' mais bien de cette exposition, de son déroulement ( du fait qu'elle a du s'arrêter pour reprendre sur de nouvelles bases inattaquables cette fois tant elle fut contestée par les acteurs de l'époque devenus ''d'honnêtes citoyens'' qui ne voulaient plus se souvenir) de la véritable crise qu'elle causa en Allemagne, de ses résultats etc. Je pense qu'il y a de quoi faire un beau reportage et je suis certain que les organisateurs seraient ravis de voir leur œuvre ainsi reprise et qu'ils y contribueraient peut-être.

_________________
En ces temps difficiles, il convient d'accorder notre mépris avec parcimonie, tant nombreux sont les nécessiteux.Citation de François René, vicomte de Chateaubriand  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
GS.59
modérateur
avatar

Nombre de messages : 7223
Age : 58
Localisation : MAMER
Date d'inscription : 27/09/2011

MessageSujet: Re: Les déseteurs de la Whermarcht, le saviez-vous ?   Lun 7 Oct 2013 - 11:17

Ce sont les réactions plus que tardives qui m'étonnent André pas celles '' à chaud'', de l'époque ou de l'après-guerre.

La prise de conscience massive d’un défaite possible et donc des risques qui allaient de pair, notamment de voir son pays envahi et les civils en payer les conséquences fut assez tardive et correspond aux grandes défaites sur le front de l’Est, et plus particulièrement Stalingrad en début 1943 (3 jours de deuil national, ce qui pour un régime cachant généralement les réalités du front est considérable).

A partir de ce moment, oui, le lander se battait sans doute davantage pour défendre les siens, d’autant plus qu’il savait qu’avec le type de guerre menée, qu’il y ait personnellement pris part ou non, le comportement d’Ivan risquait d’être terrible sans jeu de mots (je renvoie à nouveau à cet ouvrage)

Ce n’est donc pas le fait que l’Allemand de la rue ait pu, immédiatement après 45 ou dans les années 50 ou 60 voir dans le déserteur un traitre qui m’étonne mais bien que dans les années 90-2000 cette vision perdurait encore malgré la somme d’informations que l’on avait sur le conflit.
Dès lors, comment pouvait-on en vouloir jusqu’à cette période très récente à quelqu’un qui avait déserté une telle armée ?

Je crois vraiment que l’on ne se rend pas compte à l’extérieur de l’Allemagne de la portée de l’exposition dont je fais état car elle a réellement changé le point de vue des Allemands et ce sont ces changements qui ont permis aux déserteurs d’être réhabilités.

_________________
En ces temps difficiles, il convient d'accorder notre mépris avec parcimonie, tant nombreux sont les nécessiteux.Citation de François René, vicomte de Chateaubriand  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Hiroo Onoda
Caporal
Caporal
avatar

Nombre de messages : 57
Age : 29
Localisation : France
Date d'inscription : 30/11/2013

MessageSujet: Re: Les déseteurs de la Whermarcht, le saviez-vous ?   Jeu 12 Déc 2013 - 16:01

Un alsacien de ma famille a déserté sur le front de l’Est, récupéré il a fait un séjour en forteresse et condamné au peloton, ''sauvé'' du peloton par l’armée rouge, mais maintenu derrière les barreaux (le communiste a la rancune tenace), il s’en est fallu de peu qu’il ne soit déporté comme les autres en Sibérie où je ne sais quel angle mort de Dieu. Il fut sauvé véritablement cette fois ci par une équipe de la Croix-Rouge en goguette, dont un des membres était français et auquel il a pu faire état de son statut de malgré-nous. Il est rentré chez les siens en 46 alors que tout le monde le croyait mort, sa propre mère ne l’a pas reconnu, c’est son frère (qui lui avait rejoint l’Afrique du Nord avant de remonter avec de Lattre en servant comme officier chez les goumiers marocain) qui l’a reconnu en premier.

J’ai pas connu cet homme, dont mon grand père était le plus jeune frère. Un de leur cousin a aussi connu le front de l’Est, je ne sais plus lequel des deux est passé par Stalingrad et a eu la chance d’être rapatrié en Pologne, mis hors de combat par des engelures aux pieds et aux mains. En tout cas le cousin aussi a ''déserté'' mais de manière plus subtile, sans passer par la case forteresse, en se faisant tirer une balle dans la main par un de ses camarades avant, ou après, lui en avoir expédié une dans le genoux.

Il a tiré le bon numéro, sa main est restée complètement insensible jusqu’à sa mort, l’autre est resté boiteux à vie.

Ceux qui les ont connus disent qu’ils n’évoquaient jamais leurs années de service, sauf après avoir bu plus que de raison et ça finissait généralement en larmes, rongés par des souvenirs peu enviables bien qu’ils aient eu la vie sauve contrairement à des millions d’autres.

Les deux anecdotes que j’ai du front de l’Est, c’est d’une part la seule rencontre d’un d’entre eux avec un russe, les yeux dans les yeux dans une maison en ruine alors que mon ancêtre cherchait désespérément quelque chose à se mettre sous la dent. La russe devait en faire de même, les deux ont crié de stupeur et d’effroi dans leur langue respective, pensant leur dernière heure arrivée, en déguerpissant comme un seul homme, chacun de son côté sans demander leur reste, ni tenter d’occir l’autre.

Un souvenir moins heureux, c’est d’avoir assisté à l’éxecution d’un soldat par des SS, pour le seul crime de s’être fait prendre la main dans le sac en volant un quignon de pain.

Leur enrôlement aussi fait froid dans le dos, les Allemands sont venus cueillir toute la classe de 1ère de l’un, quand à l’autre, il a mérité le front de l’Est pour avoir salué deux fonctionnaires de la gestapo en visite de contrôle d’un Heil Hitler plein de non-chalance, en levant le pied droit tandis qu’il était allonge sur son lit. Aïe. Ach le petit con de j’en foutre, on va lui faire les pieds, ont dû se dire les deux nazillons.

La gestapo vérifiait entre autre que le tableau du führer était bien accroche dans chaque foyer. Apres leur départ ce dernier était retourne contre le mur jusqu’ au au prochain contrôle de routine ...

Je raconte ma vie tout ça pour vous dire qu’il y a aussi une différence entre l’insubordination, remettre en cause le bien fondé d’un ordre, et déserter purement et simplement.

Je pense que peu d’hommes en ont fait preuve, d’une part à cause de la socialisation qui enseigne depuis l’enfance la notion d’autorité et l’obligation de s’y plier, certainement encore plus en Allemagne qu’en France avec une éducation autoritaire généralisée dans toutes les couches de la société.

Si vous êtes intéressés je vous conseil de vous renseigner sur l’expérience de Milgram réalisée aux Etats-Unis après guerre et qui montre des personnes comme vous et moi prêt à électrocuter leur prochain à la demande d’un homme en blouse blanche, représentant l’autorité dans le cadre d’une expérience scientifique.
Revenir en haut Aller en bas
Gustite
Administrateur


Nombre de messages : 9847
Age : 75
Localisation : 75000
Date d'inscription : 11/02/2009

MessageSujet: Re: Les déseteurs de la Whermarcht, le saviez-vous ?   Jeu 12 Déc 2013 - 19:30

Mathieu tes témoignages de famille sont émouvant et démontre également l'enrôlement forcé des Français d'origine Alsace-Moselle, si jamais quelqu'un avait un doute là dessus!
Ma grand mère a été interné et déporté pour avoir aidé des soldats à se soustraire a ce destin.

_________________
Salutations amicales
Didier
«Il n'y a que deux puissances au monde, le sabre et l'esprit: à la longue, le sabre est toujours vaincu par l'esprit.»NAPOLEON
Revenir en haut Aller en bas
Hiroo Onoda
Caporal
Caporal
avatar

Nombre de messages : 57
Age : 29
Localisation : France
Date d'inscription : 30/11/2013

MessageSujet: Re: Les déseteurs de la Whermarcht, le saviez-vous ?   Jeu 12 Déc 2013 - 21:57

Merci Didier.

L'Alsace est une région particulière, position géographique oblige, que je ne connais pas assez à mon goût. Mais à l’époque comme aujourd'hui il me semble, francophiles et germanophiles ont toujours cohabité.

Après guerre les gens avaient même honte de parler leur patois. Honte d'avoir été annexés. Pourtant aujourd'hui on y trouve pas mal de néo-nazis...

C'est avec ce genre d'histoires de famille que l'expression devoir de mémoire prend tout son sens.
Tu peux te vanter d'avoir eu une grand-mère beaucoup plus courageuse que la moyenne des français, tous sexes confondus.

En Alsace comme dans le reste de l'Allemagne le régime nazi se décomposait en une hiérarchie de structures permettant le quadrillage du territoire, le Gaü dirigé par un Gauleiter étant l’échelle la plus large, le même système existait quartier par quartier. Ainsi un petit nombre de partisans pouvait intimider efficacement les autres. Par exemple l'inscription aux jeunesses hitlériennes, non obligatoire, en théorie. Dans les faits, en revanche, le refus d'inscrire sa progéniture constituait un motif parfait pour être pris pour cible par le nazillon en charge de votre quartier. Qui avait le pouvoir par exemple de priver de carte d'alimentation toute votre famille ....

Le genre de système de chantage et de manipulation qui met au pas le plus francophile des chefs de famille. Vous entraînant à devenir complice du système une concession après l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
GS.59
modérateur
avatar

Nombre de messages : 7223
Age : 58
Localisation : MAMER
Date d'inscription : 27/09/2011

MessageSujet: Re: Les déseteurs de la Whermarcht, le saviez-vous ?   Jeu 12 Déc 2013 - 23:30

même histoire pour les Mosellans et les Luxembourgeois...

_________________
En ces temps difficiles, il convient d'accorder notre mépris avec parcimonie, tant nombreux sont les nécessiteux.Citation de François René, vicomte de Chateaubriand  [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les déseteurs de la Whermarcht, le saviez-vous ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les déseteurs de la Whermarcht, le saviez-vous ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le saviez-vous (2010)
» Le saviez-vous ? (Les anecdotes...)
» Le saviez vous?
» Le saviez-vous? (en cours)
» le saviez vous ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Militaria Les Héros Oubliés  :: Rubriques Histoire :: Deuxième guerre mondiale-
Sauter vers: